cailloux n°84 : gastéropodes, abeilles et pierres précieuses

Pour parler du vivant, commençons avec La Nuit du cœur de Christian Bobin (que je n’ai pas lu, mais cet extrait m’a parlé).

Les enfants sont les vrais moines : ils adorent l’invisible dont ils perçoivent chaque respiration. Regarder attentivement chaque escargot qui s’en va en carrosse à Versailles, c’est leur ascèse. Et puis ils renoncent. On dit qu’ils grandissent mais ils lâchent leur dieu. Quelques-uns poursuivent, traversent le monde en tenant dans le creux de leurs mains une pensée scintillante d’être puisée à la source du cœur. Toute la sainteté de la vie consiste à garder intacte cette chose qui n’a pas de nom, devant quoi même notre mort recule. Une pensée, mais non exprimable. Un amour, mais non sentimental.

*

Jeremy est un escargot petit-gris original : sa coquille est senestre, en raison d’une mutation génétique rare. Alors que celle de ses congénères s’enroule dans le sens des aiguilles d’une montre, depuis le centre jusqu’à l’ouverture, Jeremy – baptisé d’après le politique britannique Jeremy Corbyn – vit une vie antihoraire. Après sa découverte, des scientifiques ont lancé un appel afin de recueillir d’autres escargots dont la coquille est à gauche, pour les faire s’accoupler, dans l’espoir de comprendre l’origine de cette mutation. Deux autres petit-gris ont été trouvés et ils ont, à eux trois, engendré des centaines d’autres petits limaçons, tous dextres, le gène étant probablement récessif.

*

Des scientifiques présentent des tours de passe-passe à des geais des chênes, proposent à des rats de conduire de petites voitures (il s’avère que les rats aiment conduire pour le plaisir), mettent à profit la sensibilité des moules et autres palourdes à la pollution pour sécuriser les réseaux d’eau potable, ou bien élaborent des robots dotés de “main” en forme de dodécaèdre pour capturer, étudier puis relâcher des êtres marins – ici une méduse, puis une seiche.

D’autres vont plus loin encore et cherchent à comprendre comment les végétaux communiquent avec leur environnement : passant par exemple des enregistrements sonores d'abeilles en vol à des fleursOenothera drummondii. Ainsi, les fleurs vibrent au rythme des bourdonnements et après quelques minutes seulement, produisent un nectar plus sucré pour attirer les pollinisateurs.

*

Lorsque des essaims d’abeilles trouvent un nouvel habitat un peu trop proche des êtres humains, des apiculteurs et apicultrices interviennent pour les reloger. Si l’essaim n’a pas de reine, on leur proposera une reine issue d’une autre colonie, qui les attirera vers la ruche. Dans cette vidéo on voit une apicultrice prélever délicatement les abeilles avec sa main hors d’un nichoir à chouettes.

*

Cet article raconte comment plusieurs nations autochtones aux États-Unis se sont alliées pour protéger les papillons Monarques lors de leur migration, alors qu'ils sont mis en danger par l'utilisation des herbicides, pesticides et par le changement climatique.

*

Les phryganes, de petits insectes ailés qui vivent en eau douce au stade larvaire, se fabriquent un fourreau protecteur, à l’aide de leur salive et de débris trouvés au fond de l’eau – de véritables créations joaillières. Exploitant ce comportement, l’artiste Hubert Duprat fournit aux larves des fragments d’or mais aussi d’opales et de turquoises, qu’elles agencent autour d’elles, créant ainsi de minuscules sculptures précieuses.

*

J’ai entamé la lecture du livre de Rachel Carson Le Sens de la merveille, traduit par Bertrand Fillaudeau, grâce à une indication de Tiphaine. Ce passage me semble parfait pour clore cette lettre.

Par ailleurs, un monde existe, celui des petites choses, qu'on voit trop rarement. De nombreux enfants, peut-être parce qu'eux-mêmes sont petits et plus proches du sol que nous, les remarquent et s'enchantent de ce qui est petit et peu visible. Avec un tel point de départ, il est facile de partager avec eux les beautés que nous manquons parce que nous regardons trop hâtivement, en nous concentrant sur la totalité mais pas sur les détails. Certaines des plus exquises créations de la nature le sont à une échelle miniature, ce qui, comme tout un chacun le sait, s'applique à un flocon de neige lorsqu'on l'observe avec une loupe.
Un investissement de quelques dollars pour une bonne lentille ou une loupe permettra de découvrir un nouveau monde. Avec votre enfant, observez des objets que vous considériez comme communs ou sans intérêt. Un saupoudrage de grains de sable deviendra une nébuleuse de bijoux aux nuances de rose ou de cristal, ou de perles de jais étincelantes, ou un mélange de pierres lilliputiennes, de piquants d'oursin et de fragments de coquilles de gastéropodes marins.